Le principe de l’hypnose est d’accéder à un état modifié de conscience pour revisiter la réalité et la façon dont vous la percevez, ce qui permet de trouver de nouvelles ressources.

L’hypnose : comment ça marche ?

 

L’état d’hypnose est un état naturel dans lequel chacun peut se retrouver sans le réaliser. En d’autres termes, c’est le fait d’être présent, sans l’être en même temps. Ce sont tous les moments où l’esprit se soustrait. Un état hypnotique singulier que nous connaissons et que nous pratiquons sans le réaliser. 

 

L’état hypnotique est singulier et doit être distingué des états de veille et de sommeil.. Nous le connaissons et le pratiquons tous sans le savoir. Une situation dans laquelle l’individu exprime un sentiment d’indifférence au monde qui l’entoure.

 

Schématiquement, l’état de conscience est comme endormi. Par conséquent, on lève ses freins, ses blocages et on se défait des idées nocives. La conscience, généralement hyperactive, laisse davantage de place à l’inconscient. Un espace où sont stockés nos “comportements assimilés”, notamment par les diktats familiaux, sociaux ou environnementaux.

 

Les types d’hypnose, les praticiens et votre personnalité sont des facteurs qui vont déterminer la longueur de votre entrée en hypnose. La technique pour atteindre l’état d’hypnose va aussi dépendre du confort que le praticien aura su créer avec vous.

 

Les différents types d’hypnose

 

La pluralité des états hypnotiques fait de l’hypnose une pratique plutôt variée, avec différentes techniques.. Cependant, on peut citer les grandes variantes comme l’hypnose classique et l’hypnose ericksonienne, qui puisent leurs sources dans les variantes que sont l’hypnose humaniste et l’hypnose spirituelle.

 

L’hypnose classique fonctionne avec des suggestions mentales directes (le tabac  est quelque chose qui vous fait du mal ») pour modifier des comportements ou se défaire d’idées néfastes et les substituer par des idées plus justes ou des comportements qui correspondent mieux à vos valeurs.

 

La pratique de cette hypnose ericksonnienne est l’une des branches les plus connues de cette thérapie. Son nom est directement tiré du psychiatre américain Milton Erickson. Dite brève,, l’objectif de l’hypnose ericksonienne est de faciliter la psychothérapie en créant un passage entre l’état de conscience et celui d’inconscience.

 

Développée par Daniel Araoz dans les années 1970, la Nouvelle Hypnose se veut plus participative : la personne hypnotisée se voit laisser plus de liberté, par exemple dans le choix du souvenir qui servira d’introduction à la séance.

 

En outre, l’hypnose humaniste est basée sur l’autonomie. L’hypnothérapeute a ainsi le rôle de guide vers une optimisation des conditions du consultant.

 

 un hypnothérapeute expérimenté d’accompagner un consultant à la recherche des vies antérieures. En d’autres termes le consultant part à la quête de ses vies oubliées.  avec l’hypnose spirituelle

 

Qu’il soit humaniste, ericksoniene ou spirituel, l’état d’hypnose n’enlève en rien le contrôle que vous avez de vos actions. En effet, votre cerveau dispose de “sécurités” qui restent actives malgré l’état d’hypnose. Vous êtes le maître d’oeuvre de l’hypnose dont vous avez besoin à l’instant T.

 

Dans quels cas peut-on faire appel à l’hypnose ?

 

L’état hypnotique repose sur un équilibre entre un niveau de conscience plus ou moins présent et un inconscient qui rend accessible de nouvelles ressources personnelles pour affronter une situation particulière et d’adopter de nouveaux comportements plus adaptés à votre objectif. Ses champs d’application sont donc très vastes.

 

Dans le domaine thérapeutique elle permet de diminuer l’importance des symptômes d’un certain nombre de pathologies, et de développer de nouveaux comportements permettant de mettre à distance le motif d’une souffrance ou d’une douleur, de retrouver un état antérieur à celle-ci, et parfois de la résoudre.

 

Son efficacité contre la douleur physique est reconnue par la sphère médicale. L’hypnose possède d’ailleurs une application médicale de plus en plus répandue au sein des hôpitaux et cliniques. L’état hypnotique se présente en effet comme une alternative à l’anesthésie. Pratiquée dans le cadre et le respect des procédures d’un bloc chirurgical, elle permet au patient d’éviter la sédation médicamenteuse et ses éventuels effets secondaires. Les dentistes y recourent parfois pour soulager les douleurs de leurs patients.